Signez la pétition « Pour les 1000 jours : une opportunité unique de prévention en santé »

L’Alliance francophone pour la santé mentale périnatale a saisi l’opportunité citoyenne offerte par la plateforme « Le jour d’après » pour sensibiliser aux besoins des parents et des bébés dans cette fenêtre d’opportunité que sont les 1000 premiers jours (de la période périconceptionnelle au deuxième anniversaire de l’enfant).

L’alliance a formalisé la proposition « Pour les 1000 jours : une opportunité unique de prévention en santé » et appelle à la soutenir « pour augmenter vraiment les budgets alloués à la santé mentale autour du bébé avant et après la naissance ». 

Lire la proposition ici

Extraits :

« De la grossesse à la deuxième année de vie, la santé physique et psychologique du bébé et de ses parents doit devenir une authentique priorité de santé publique. Nous proposons notamment : 

  • de lancer, avec les associations de femmes, une campagne de santé publique nationale pour sensibiliser l’opinion publique aux besoins et aux moyens spécifiques d’accompagnement des parents dès le début de la grossesse et après la naissance de leur bébé ;
  • d’investir massivement dans la formation initiale et continue à la dimension psychique de la périnatalité. Tous les professionnels acteurs dans cette période, de la santé (obstétrique, médecine néonatale, PMI, psychiatrie…) comme du social (TISF, assistants socio-éducatifs…) doivent en bénéficier, notamment grâce au développement d’outils collaboratifs numériques de qualité ;
  • de doter immédiatement les psychiatrie, psychologie et santé mentale périnatales d’un fond d’intervention annuel pérenne de 10 millions d’euros et d’utiliser l’article 51 de la loi de financement de la Sécurité sociale 2018 comme vecteur de financement pour expérimenter des dispositifs de prévention et de soin psychiques innovants en période périnatale. »

Pour plus d’informations sur ce projet, rendez-vous sur la page de l’Alliance francophone pour la santé mentale périnatale

Le CNSF soutient la pétition de l’Alliance francophone pour la santé mentale.

Pour soutenir la proposition de l’Alliance pour les 1000 jours 

  • Aller sur la page de la proposition : 1000 jours une opportunité unique de prévention en santé

https://lejourdapres.parlement-ouvert.fr/processes/lejourdapres/f/15/proposals/7516

  • Vous inscrire (avec nom, pseudo, adresse mail et mot de passe)
  • Cliquer « Soutenir »

Ou via le site https://lejourdapres.parlement-ouvert.fr

  • S’inscrire, « La consultation », le « thème 10 », taper « 1000 jours » dans la fenêtre de recherche
  • Voir la proposition et soutenir

Qu’est-ce que l’Alliance francophone pour la santé mentale périnatale ?

Cette Alliance a été créée en juin 2019 lors d’un colloque sur la périnatalité organisé par l’A.R.I.P. Elle regroupe des associations d’usagers (Maman Blues, Fédération nationale des usagers de la psychiatrie – Fnapsy, Collectif interassociatif des associations de naissance – Ciane) ; le Collège national  des sages-femmes de France (CNSF) et celui des gynécologues-obstétriciens (CNGOF) ; des associations gestionnaires de technicien(ne)s de l’intervention sociale et familiale(TISF) et des sociétés de psy-périnatalité (Société Marcé francophone, Association Internationale pour la Santé Mentale du Bébé – WAIHM-France).

Sa philosophie est la suivante: « faire valoir la priorité absolue que doit constituer dans les 1000 premiers jours la prévention prévenante, l’attention aux parents les plus vulnérables, la prise en charge optimisée des troubles psychiques parentaux et/ou des troubles de l’interaction de leurs conséquences sur le bébé d’aujourd’hui et sur la santé globale des générations à venir« . 

Qu’est-ce que la plateforme « lejourdapres.parlement-ouvert.fr » ?

Des parlementaires de différentes sensibilités politiques, appellent « les forces vives de notre pays et les citoyennes et citoyens à préparer, tous ensemble, le jour d’après » :

Notre priorité absolue est de préserver la santé de toutes et tous et de limiter les drames humains. Le confinement de la population est la seule solution, tout en soutenant au maximum notre système de santé et en reconnaissant mieux le travail admirable des femmes et des hommes qui le font tenir. Cette crise est aussi un ouragan économique et sociétal, aux conséquences encore incertaines. Nous devons protéger les individus face à la précarité́ engendrée par la baisse de l’activité, éviter la ruine des entreprises, des associations et des travailleurs indépendants, et préserver la stabilité́ de notre système économique et financier. »

Mais, au-delà̀ de l’urgence de court-terme et malgré́ l’incertitude à moyen-terme, il est aussi de notre responsabilité́ de penser collectivement, dès à présent, au jour d’après… »